Le Royal Jump de Bertichères réussit aux tricolores.

Catégorie:

 

Communiqué de presse, vendredi 2 juin 2017

 Royal Jump de Bertichères

du 1er au 5 juin 2017
à Chaumont-en-Vexin (60)

Les épreuves de dressage de la première édition du Royal Jump de Bertichères se sont terminées aujourd’hui à Chaumont-en-Vexin (60). Après validation des résultats, on assiste à une domination française puisque ce sont bien deux podiums 100% tricolores  qui clôturent cette première étape de la compétition. (à lire dans la suite)

Dans le CCI1*, Aurélie Riedweg conserve sa place de leader en selle sur Bart L, ancien partenaire olympique du cavalier français Mathieu LemoineMaxime Livio et Vegas de Boursons sont deuxièmes tandis que Cédric Bibard et son Sixième Sens troisièmes. Demain dès 14h30 tous les cavaliers du 1* s’élanceront à l’assaut du parcours de cross, épreuve attendue et appréciée tant par le public que par les participants. « Ce qui est important c’est que les obstacles soient clairs pour les chevaux. Là c’est le cas, c’est bien dessiné, c’est propre », a déclaré Michel Asseray, directeur technique national du concours complet. Une épreuve à ne pas manquer pour les amateurs de sensations fortes.

Côté CIC2*, Cédric Lyard et Cadeau du Roi se sont installés sur la première marche suivis par l’Adjudant Chef Didier Willefert associé à Tsar du Manaou « Mili », Romain Sans et Tom du Cers complètent le trio de tête provisoire. Au pied de ce podium lui aussi 100% tricolore, l’ambassadeur du concours et champion olympique, Karim Laghouag est en embuscade avec Valériane du Saillan.

En plus de l’épreuve de cross du CCI1* demain après-midi, le public pourra profiter de l’épreuve de saut d’obstacles comptant pour le CIC2* dès 11h30. Les cavaliers amateurs ne seront pas en reste puisqu’ils disputeront le premier derby du week-end, à 19h. 

Des débuts prometteurs pour cette compétition sportive, nouvelle vitrine du concours complet en Picardie et déjà applaudie par le staff de la Fédération Française d’Equitation : « C’est magnifique, le cadre est merveilleux et je suis assez séduit par l’environnement. Ca me fait penser à un concours complet », clôture Michel Asseray.